You Are Viewing

A Blog Post

L’ascension du Gerbier, enfin !

36 ans depuis que nous avons acheté notre maison, mais jamais nous n’avions trouvé, ou plutôt pris le temps d’effectuer la grimpette qui mène au sommet du Mont Gerbier de Joncs, pourtant le deuxième site du département – après les gorges  de l’Ardèche – qui attire chaque année plus de 500 000 visiteurs. C’est chose faite depuis le 29 Mars, sous un soleil radieux.

Ce n’est pas tant l’exercice d’escalade qui en constitue le principal intérêt, puisque le sommet de cet ancien volcan culminant à 1551 mètres représente seulement 134 mètres de dénivelé ; le sentier balisé et sécurisé est assez facile avec de bonnes chaussures (nous avons vu une personne peiner un peu avec ses mocassins…) et par temps sec.  Mais nous avons bien profité au sommet et son extraordinaire vue à 360° sur les sucs qui l’entourent, et plus loin sur le Mont Lozère au Sud, et sur les Alpes et le Mont Blanc à l’Ouest.

La descente est un peu plus délicate car les rochers moussus sont un peu glissants même secs, il faut juste prendre son temps, bien choisir ses appuis et utiliser les dispositifs de type cordes ou échelons, pour arriver sans encombres et faire une halte-récompense au restaurant pour déguster une tartelette à la myrtille

A seulement une heure de la maison, nous avions au préalable revisité la ferme-musée de Bourlatier, pique-niqué près des ruines de l’abbaye de Bonnefoy, puis après l’escalade, effectué le retour par le tour du Mézenc et la route des sucs, pris un café à Borée et visité le « Chier » (calendrier monumental composé de 70 pierres plantées). Pour terminer, nous sommes repassés par Saint-Martial et son joli lac où il fait bon se baigner l’été. Une bien belle excursion que nous avons déjà envie de renouveler !